Le Parlement européen adopte le Fonds asile et migration. Dix milliards d’euros pour la prochaine mandature seront alloués aux Etats membres pour faire face aux défis migratoires que connaissent les pays de l’Union européenne. Et il inclut un volet sur l’intégration ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent. Ce nouveau fond a fait l’objet d’intenses débats, mais la rapporteure socialiste s’en félicite.

Le Fonds asile-migration-intégration (Fami) pour la période 2021-2027 est doublé par rapport à la période actuelle. Dix milliards d’euros seront donc alloués à renforcer le régime d’asile européen commun, mais surtout pour financer l’accueil, la prise en charge et l’intégration des demandeurs d’asile.

Le fonds actuel était plutôt destiné à la régulation des flux ; il servira désormais surtout à aider les premiers pays d’accueil.

La députée maltaise, Miriam Dalli, rapporteure du texte s’en réjouit. « Cela devrait être une bonne nouvelle pour l’Italie, Malte, la Grèce, l’Espagne, qui sont les premiers pays d’accueil ; les pays, que ça leur plaise ou non, qui doivent faire face aux défis de la migration ; les pays qui ont longtemps été esseulés face à cette situation et même abandonnés par ce Parlement, par la Commission, le Conseil et les institutions européennes qui parlent de solidarité. J’entends beaucoup parler de solidarité mais il est temps qu’elle soit concrète. »

Une solidarité concrète pour les pays membres longuement négociée avec les conservateurs qui souhaitaient allouer ce fonds aux pays de départ des migrants.

Les dix milliards d’euros doivent désormais être validés dans le prochain budget de l’Union après les élections de mai prochain.

Commentaires sur Facebook

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *